Le Palais Kutscherfeld

Le Palais Kutscherfeld a été construit en 1762, en style rococo, sur la place principale de la vieille ville de Bratislava à l’emplacement de deux anciennes maisons du Moyen Age.
Il est probablement l’œuvre de l’architecte Jakub Fellner de Fellenthal (1722 - 1780). A l’origine demeure de Luc Von Kutscherfeld, ancien gouverneur des Biens Royaux et Conseiller de la Chambre hongroise, il est racheté par le comte Imrich Esterhazy en 1813.

JPEG
Photo/Source :Stará Bratislava na fotografiách a obrazoch

Cette construction de deux étages, d’un plan classique, est constituée de quatre ailes axées autour d’une cour centrale. En façade, le rez-de-chaussée est sans décor ; aux quatre angles du bâtiment, des sculptures nues soutiennent l’épaisse corniche. De riches ornements en stuc encadrent subtilement les architectures des fenêtres et soulignent avec force le fronton du premier étage. Le portail est situé dans l’axe central. Le balcon à double fenêtre, surmonté d’un fronton au décor expressif, repose sur des consoles en volutes massives.

Cette décoration contraste avec la sobriété du reste de la façade. Les consoles et moulures, le portail au fond d’une arcade qui n’est pas ornée, trahissent l’influence de l’architecture classique française. A titre d’exemple, on peut citer la parenté qui existe entre les portes du pavillon d’Amalienburg réalisées par F. Cuvillies et la grille légère du balcon exécutée d’après un modèle de cet architecte français. En effet cette grille, fruit d’une association parfaite entre l’artiste et le forgeron, et dont les courbes en se ramifiant en éventail forment la lettre "C", rappelle celle réalisée dès 1738 par F. Cuvillies. Les mêmes éléments archi-tectoniques se retrouvent à l’intérieur du palais avec des boiseries du sol au plafond rehaussées de sculptures rococo.

Une plaque commémorative sur la façade rappelle qu’ici a vécu et travaillé le fameux compositeur russe, pianiste, chef d’orchestre et professeur Anton Grigorievic Rubinstein (1829-1894). Un salon comportant des boiseries et des tentures murales porte son nom.

Le bâtiment n’a pas été modifié depuis sa construction. Les quelques interventions ont porté sur le rez-de-chaussée lors de l’aménagement de boutiques commerciales dans la première moitié du XXe siècle ce qui a affaibli le caractère original du bâtiment (implantation de grandes baies vitrées). Par la suite, un centre de santé, l’Institut de Recherche pour la nutrition du Peuple, a pris possession des niveaux supérieurs.

La fermeture des deux magasins du rez-de-chaussée et le déménagement de l’Institut de recherche se sont effectués dès le début de l’année 1991.

Cet immeuble de trois étages (auxquels s’ajoutent des combles et un sous-sol voûté d’origine datant de 1600) a permis l’installation de l’Institut Français dès juin 1991 puis de l’ambassade de France fin décembre 1994. Les travaux ont été réalisés par le Bureau des Services pour le Corps diplomatique (SPRAVA), sous le contrôle du bureau des Monuments Historiques.

JPEG - 117.4 ko

Dernière modification : 10/10/2017

Haut de page