Milan Rastislav Štefánik : un patriote humaniste et un visionnaire européen

Tribune signée par MM. Christophe Léonzi, Ambassadeur de France en Slovaquie, et Robert Ondrejcsák, secrétaire d’Etat slovaque à la défense, et publiée lundi 22 mai en version slovaque dans le quotidien PRAVDA.

En mai 1919, un grand homme s’est éteint, dont la mémoire est plus vivante que jamais : le général Štefánik, qui incarne non seulement le génie et le destin de la nation slovaque, mais également les valeurs communes que nous partageons tous, en tant qu’Européens, celles de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit.

En effet, toute sa vie, le Général Štefánik a montré que la liberté n’est jamais définitivement acquise, qu’elle doit être défendue chaque jour, partout et à tout prix. Epris non seulement de liberté, mais également de science, de culture, de démocratie, Štefánik était, avant tout, un homme des Lumières. La Slovaquie, qui a souffert de régimes autoritaires, a été fidèle au riche héritage de Štefánik, en faisant le choix de la liberté et de la démocratie aussi bien en 1918 qu’en 1989.

Héros slovaque, Štefánik était également un Européen, polyglotte, général de l’armée française, citoyen français, proche aussi de ses amis italiens, sans parler de ses alliés tchèques. Son héritage, ainsi que la mémoire des guerres qui ont déchiré notre continent, nous rappellent que les aspirations nationales légitimes, qu’incarne parfaitement le Général Štefánik, ne doivent pas basculer dans des dérives nationalistes. Ils nous rappellent qu’il faut certes du courage pour faire la guerre, mais qu’il en faut encore davantage pour construire la paix. Ils nous rappellent que ce qui distingue les Grands Hommes, c’est leur capacité à surmonter les affrontements et les divisions, à unir et à réunir, à réconcilier, et non pas à séparer et à opposer les uns aux autres. Là encore, en adhérant à l’Union européenne en 2004, la Slovaquie s’est pleinement inscrite dans l’héritage du combat de Štefánik.

Ce combat pour nos valeurs et pour la paix, que Štefánik a porté tout au long de sa vie, est plus actuel que jamais. En effet, partout en Europe, les populismes tentent de faire douter les Européens de leur héritage libéral et démocratique, bref de la plénitude de leur destin commun. Štefánik considérait que la démocratie, qu’il a tant défendue, imposait « non pas de parler, mais de résoudre les problèmes », concrètement, en « maîtrisant ses passions ».

Cette mémoire franco-slovaque commune nous engage. Nous devons la préserver et la promouvoir. Elle est tout le contraire de ce que proposent les populismes et les extrémismes, qui agitent des passions négatives et destructrices.
Dans cet esprit, nos deux pays vont commémorer, en 2018, le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale et de la fondation de la République tchécoslovaque, ainsi qu’en 2019, l’anniversaire de la mort du Général Štefánik. La France prendra toute sa part dans ces commémorations, qui constitueront un moment historique privilégié pour rappeler l’importance de nos valeurs communes.

Il nous revient, à nous tous, de rester fidèles à nos valeurs humanistes. Telle est notre responsabilité à l’égard des générations futures et tel est le message du Général Štefánik, qui nous honore et nous oblige. C’est ce message qui avait fait dire au maréchal français Ferdinand Foch, généralissime des forces alliées, lors des funérailles du héros, que le Général Štefánik « méritait la reconnaissance de l’humanité toute entière ».

Dernière modification : 22/05/2017

Haut de page