Décès de Jean Boyer, l’un des derniers anciens combattants français du Soulèvement national slovaque.

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de M. Jean Boyer, l’un des derniers anciens combattants français du Soulèvement national slovaque de l’automne 1944. Il s’est éteint à 95 ans mardi dernier à Gentilly en région parisienne. Il sera inhumé mercredi 30 janvier à Issy-lès-Moulineaux.

JPEG

Jean Boyer avait fait partie du maquis dirigé par le capitaine Georges Barazer de Lannurien (1915-1988) avec 200 Français évadés de camps de prisonniers et de l’usine d’armements de Dubnica nad Vahom. C’est eux qui avaient lancé le 27 août 1944 l’insurrection contre la Wehrmacht et le régime fasciste de Mgr Tiso, dans les montagnes de Strečno, dans le nord-ouest de la Slovaquie satellisée par Hitler. Ils laissèrent 56 camarades tués au combat, un des plus forts taux de perte d’une unité française pendant la Seconde Guerre mondiale. Après l’écrasement du Soulèvement, ils furent cités à l’ordre de l’armée par le général de Gaulle le 9 décembre 1944.

Les survivants durent leur salut à l’Armée rouge et ils ne rentrèrent en France qu’à l’été 1945. Ces combattants sont célébrés sans discontinuer en Slovaquie. Jean Boyer qui fit carrière à la Poste où il finit Inspecteur général présidait l’Association des Anciens Combattants de Slovaquie. Il rédigea ses mémoires en 2012, très utiles pour les historiens.

Lui survit dans le Morbihan Roger Naël, sans doute le dernier des résistants français de Slovaquie.

Dernière modification : 28/01/2019

Haut de page