DEUXIEME EDITION DU STAGE DES OFFICIERS EOD D’ETAT-MAJOR

Du 13 octobre au 7 novembre 2008 s’est déroulée la deuxième édition de la formation des officiers d’état-major EOD (Explosive Ordonance Disposal) en Slovaquie. Cette formation, conduite sous la direction de l’Ecole Supérieure et d’Application du Génie - Division de Formation au Déminage, a eu lieu au Centre National EOD Slovaque de Novaky. Elle a regroupé des stagiaires de différents horizons : armée de terre et armée de l’air.

Les stagiaires, au nombre de 17, étaient pour la plupart en provenance des Forces Armées slovaques. Mais pour la première fois, ce stage accueillait des officiers en provenance de pays étrangers limitrophes à la Slovaquie (1 officier Tchèque, 2 officiers Polonais). La Belgique a aussi apporté sa contribution en envoyant un officier EOD spécialisé dans le domaine NRBC (Nucléaire - Radiologique - Bactériologique - Chimique). Il a dispensé des cours d’une très grande qualité sur la synergie EOD/NRBC.
Le programme de ce stage, élaboré par la Division de Formation au Déminage de l’ESAG, se veut volontairement très complet afin de satisfaire aux critères techniques et tactiques dictés par la nature des engagements actuels (conflit asymétrique et menace liée à l’emploi des engins explosifs improvisés). La durée du stage est de 4 semaines soit 152 heures de cours et d’exercices pratiques.

Cette formation, délivrée entièrement en langue anglaise, a été testée en Slovaquie à deux reprises et sera mise en œuvre dès 2009 par l’ESAG. Entièrement axé sur l’opérationnel, le stage offre aux officiers un panel important de connaissances et de savoir-faire qui leur autorisent une aisance et une assurance plus affirmée dans le commandement et la conduite des opérations EOD. Il comprend :

  • l’étude des textes régissant la fonction EOD au niveau de l’OTAN, de l’Union Européenne et de l’ONU,
  • l’apprentissage de la méthode permettant une évaluation de la menace et du risque (Risk and Threat Assessment) liés aux engins explosifs (improvisés ou conventionnels),
  • les savoir-faire de base en matière de fouille opérationnelle militaire, de lutte contre les engins explosifs improvisés (C-IED - Counter Improvised Explosive Device),
  • les opérations de déminage et de destruction de munitions en période post-conflictuelle,
  • la conduite de plan de sensibilisation face aux risques liés aux mines et aux engins explosifs improvisés au profit des populations civiles et militaires,
  • l’étude des problèmes sécuritaires liés aux opérations EOD,
  • la problématique liée à la synergie entre les opérations NRBC et EOD,
  • la formation d’opérateur de niveau 2 pour la mise en œuvre du système d’information EOD (EOD-IS - Explosive Ordnance Disposal - Information System). Cet outil est une base de données qui collationne les incidents et accidents EOD doublée d’une fonction « analyse ». Il intègre aussi une base de données sur les munitions et engins explosifs et est couplé à un outil de reconnaissance opérationnelle (jumelle laser connectée à un GPS permettant la saisie des données sur cartes numérisées).

Les officiers stagiaires ont été évalués par des tests de connaissances chaque fin de semaine, mais ils avaient aussi à produire tous les soirs des travaux liés à une étude de scénario afin de se familiariser à la pratique du « Risk and Threat Assessment ». Chaque matin, ils restituaient leur analyse sous la forme d’un briefing portant sur l’opération EOD décrite dans le scénario.
Cette formation a aussi été rythmée par des exercices pratiques sur le terrain : démonstrations de destruction de munitions par des techniques conventionnelles et de « bas ordres » ; reconnaissance en vue de l’implantation d’un polygone de destruction en opération extérieure et la réalisation de l’étude de sécurité pyrotechnique attenante, puis la rédaction de l’ordre pour son activation (FRAGO).

Le bilan de ce stage est très positif. Sur les 17 stagiaires, 15 ont satisfaits aux épreuves théoriques et pratiques. Le niveau atteint par les stagiaires a été jugé très satisfaisants par le lieutenant-colonel GOMBEAUD qui commande la Division de Formation au Déminage (ESAG). Au cours de la cérémonie de remise des brevets, l’ensemble des stagiaires a souligné, en présence du colonel MORNARD attaché de défense, la qualité de cette formation et le niveau de professionnalisme des instructeurs français. Ces officiers sont ainsi désormais aptes à remplir les fonctions d’officier EOD au sein d’un état-major allant du niveau bataillon au niveau brigade. Ils leur restent à développer leur niveau d’expertise en participant à des opérations extérieures.

Le chef de bataillon Bruno CHARON
Officier Coopérant Militaire Technique près l’ambassade de France en Slovaquie
Conseiller EOD des Forces Armées Slovaques
État-major Général - J3 ENGR and EOD support Division

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Dernière modification : 05/03/2010

Haut de page