« Ce n’est que tous ensemble que les Européens pourront surmonter cette crise ».

Tribune conjointe des Ambassadeurs de France et d’Allemagne, MM. Christophe Léonzi et Joachim Bleicker.

"A l’heure où un nouveau gouvernement vient de prendre ses fonctions en Slovaquie, nous adressons, au nom de nos deux pays, la France et l’Allemagne, toutes nos félicitations et nos vœux de plein succès à l’équipe du nouveau Premier ministre Igor Matovic. Nos pays sont plus que jamais prêts à œuvrer au renforcement des liens qui nous unissent à la République slovaque, notre partenaire stratégique et à L’intensification de notre coopération, au service d’une Union européenne plus forte, plus intégrée et plus solidaire, fondée sur des valeurs communes et sur l’Etat de droit.

Le nouveau gouvernement slovaque a pris la direction du pays courageusement, dans un contexte tragique. L’Europe et le monde traversent aujourd’hui une crise d’une gravité exceptionnelle. Cette pandémie cruelle, qui fauche des vies par centaines, par milliers parmi nos anciens mais aussi des personnes dans la force de l’âge, jette nos populations entières dans un désarroi et une angoisse profondes, mais nous renvoie également aux choses essentielles de la vie à la cohésion sociale, à l’attention aux autres et à la solidarité, notamment à l’égard des personnes les plus fragiles de nos sociétés.

Face à une telle menace, dont nos peuples avaient perdu la mémoire, les Etats européens doivent se dépasser : ils ont l’obligation non seulement sanitaire mais aussi fondée dans leurs valeurs de se porter assistance, d’unir leurs forces, de coordonner leurs réponses et de coopérer. Car la solidarité est la seule réponse digne de nos sociétés modelées par les droits humains et la fraternité et car seule une action coordonnée sera véritablement efficace. Nous devons également veiller à agir avec le souci du respect vigilant de l’Etat de droit.

Les résultats et les marques de solidarité sont déjà là. Cette solidarité européenne sauve des vies. Le temps des décisions unilatérales et nationales prises sans coordination au début de la crise est dépassé et nombreuses sont désormais les actions concrètes qui démontrent que nous sommes capables d’apporter une réponse commune et unie : accueil des patients en provenance des pays les plus touchés dans les hôpitaux des Etats plus épargnés, lancement d’achats groupés d’équipements de protection et de matériels médicaux, mise à disposition de 187 millions d’euros pour la recherche sur le virus, rapatriements conjoints, etc.

Nous devrons aller plus loin pour faire front commun face à l’urgence sanitaire, mais aussi surmonter ensemble la crise économique et sociale aiguë qui menace, par la préservation du fonctionnement du marché intérieur et du transit mais aussi par des mesures de soutien financier qui soient à la hauteur des périls qui menacent de déchirer le tissu économique et social de nos pays.

Cette heure grave exige la pleine solidarité de l’UE. Les Etats membres, mais également toutes les institutions de l’Union européenne, se sont engagés à faire tout ce qui est en leur pouvoir et à coopérer le plus étroitement possible.

Un premier paquet de mesures permettra d’utiliser les fonds structurels et régionaux non consommés pour atténuer les conséquences négatives de la pandémie. Cela se traduira par des investissements à hauteur de 37 milliards d’euros à l’échelle de l’UE, qui devraient être complétés par 29 milliards d’euros prélevés sur le budget européen. En outre, un programme de 750 milliards d’euros de la Banque centrale européenne a été adopté afin d’élargir les capacités de financement de l’activité économique. Par ailleurs, les règles s’appliquant au pacte de stabilité, aux aides d’Etats et aux prêts de la Banque européenne d’investissement ont été assouplies.

Ces mesures de soutien sont essentielles et devront encore être solidement complétées par d’autres initiatives fortes pour atténuer le choc humain, social, économique et financier qui frappe tous les Etats européens.

Cette crise constitue pour le monde, comme pour notre Europe, une nouvelle épreuve. La façon dont nous la surmonterons ensemble sera déterminante pour notre avenir commun.

Il faut en outre, dès à présent, penser au jour d’après, à l’Europe d’après. Face aux menaces, sanitaires, militaires, terroristes, hybrides, l’Europe n’aura pas d’autre choix que d’être encore plus unie, encore plus intégrée, encore plus juste et encore plus fière de ses valeurs et de ses principes communs.

La Slovaquie, forte de son engagement européen, de son ambition pour la protection de l’Etat de droit et de son positionnement unique en Europe centrale où elle montre la voie européenne, aura un rôle essentiel à jouer dans cette relance du projet européen."

Dernière modification : 06/04/2020

Haut de page